Portrait - Céline Delahaye, Directrice des ressources humaines, Cheuvreux

Portrait - Céline Delahaye, Directrice des ressources humaines, Cheuvreux
07/12/2020 14:00
Parcours inspirants - de contrôleuse de gestion à directrice des ressources humaines, Céline Delahaye revient pour le groupe GR sur son évolution de carrière.

-Vous avez commencé votre carrière comme auditrice interne dans le secteur industriel et êtes aujourd’hui DRH de l’Étude Cheuvreux – pouvez-vous revenir sur votre parcours ?

Après des études en audit et contrôle de gestion, j’ai commencé ma carrière chez Philipps, où je suis restée plus de 8 ans – j’ai pu évoluer en interne et participer au développement de la branche téléphonie du groupe comme analyste financière. Un challenge passionnant ! Malheureusement, le groupe a fait face à un plan social.
En 2008, j’ai été chassée pour l’Étude Cheuvreux pour la création d’un poste de contrôleur de gestion : je ne connaissais pas du tout le monde des notaires, j’ai rencontré les associés et ai découvert de véritables entrepreneurs, avec une vision moderne du notariat, envisageant l’étude comme une entreprise, avec une direction financière, une direction ressources humaines, une direction marketing, etc. J’ai tout de suite adhéré au projet !

-Comment êtes-vous arrivée aux fonctions RH ?

Lors de mon premier entretien, j’avais rencontré la DRH alors en poste et lui avait fait part de mon intérêt pour son activité, en vue d’une évolution de carrière. Un an après mon arrivée, la DRH a quitté l’Étude et les associés m’ont proposé de reprendre les fonctions, tout en poursuivant mes missions de contrôleuse de gestion. À l’époque l’étude comptait 200 collaborateurs ! J’ai ensuite pris définitivement les fonctions de directrice de ressources humaines, avec beaucoup d’envie et pleins de projets de développement RH à mettre en œuvre !

-Quelles sont vos missions exactes ? Avec qui travaillez-vous ?

L’Étude Cheuvreux, à Paris, ce sont aujourd’hui 280 collaborateurs – 350 avec le Groupe que nous avons constitué avec des études en région. Mes missions de directrice des ressources humaines recouvrent : -l’administration du personnel et de la paie, -le dialogue avec les institutions représentatives du personnel, -la formation et la gestion de carrière, -les projets de développement RH, -le pilotage de la masse salariale, le recrutement.

L’équipe a bien évolué depuis mon arrivée ! Je travaille aujourd’hui avec une équipe de 3 personnes : deux responsables RH et une assistante RH. La gestion de la paie a par ailleurs été externalisée.
Nous travaillons également régulièrement avec les autres départements dits support de l’étude, comme l’équipe marketing, notamment sur des sujets de communication interne. La culture Cheuvreux est fondée sur le partage, et le souci du bien-être des collaborateurs fait partie intégrante de nos valeurs. C’est pourquoi nous avons à cœur de créer un environnement bienveillant et convivial, en mettant en place de nombreuses actions favorisant le lien social comme la soirée annuelle ou des évènements de team building (virtuels cette année !). Avec l’équipe informatique, nous avons aussi mis en place le télétravail pour l’ensemble des collaborateurs de l’étude, et ce dès le premier confinement, en leur fournissant tablettes, casques, double écran.

-Quels autres projets RH avez-vous mis en place au sein de l’étude ?

J’ai eu la chance de participer à la mise en place de nombreux projets structurants comme la politique de formation - très importante chez Cheuvreux - les parcours de carrière, la politique de recrutement et de mobilité ou encore le système de rémunération. Depuis plus de deux ans, nous travaillons par ailleurs sur la démarche RSE de l’étude avec une demande de certification Ecovadis.
En termes de politique sociale, nous avons également effectué un Baromètre des salariés en 2017 et 2019 ; il est essentiel de nous assurer de l’adhésion des collaborateurs aux valeurs de l’étude.

-Rencontrez-vous des difficultés en termes de recrutement ? Si oui, pour quels profils ?

Depuis quelques années, le marché du recrutement s’est tendu, plus particulièrement pour les profils ayant une expertise technique particulière. Face à ce constat, nous avons beaucoup travaillé sur notre marque employeur. Il y a trois ans, nous avons mis en place, nos « Matinales du recrutement » à destination des étudiants de Master II en droit notarial à la recherche d’un stage DSN. À cette occasion, les candidats peuvent visiter nos locaux, rencontrer des collaborateurs et découvrir notre étude.

-Depuis quand travaillez-vous avec GR Notarim ?

Je travaille avec Françoise Berthelot depuis de nombreuses années – du fait de son expérience professionnelle, elle comprend parfaitement les besoins qu’une étude comme Cheuvreux peut avoir. Dans les échanges aussi avec les candidats, c’est essentiel de comprendre les enjeux du secteur.