Portrait - Indira Advic, secrétaire générale, Skadden Arps Paris

Portrait - Indira Advic, secrétaire générale, Skadden Arps Paris
15/07/2020 09:55
Parcours et carrières - Indira Avdic revient pour le groupe GR sur son expérience de secrétaire générale en cabinets d'avocats anglo-saxons.

-Vous avez commencé votre carrière comme assistante comptable en cabinet d’avocats. Quel est votre parcours ?

À 23 ans, j’ai postulé à une annonce d’un jeune cabinet d’avocats d'affaires, Lambert & Lee, qui recrutait une assistante comptable pour assurer la gestion administrative du cabinet. Je parlais couramment anglais et recherchais un environnement de travail international, mais ne connaissais pas particulièrement le secteur des avocats. 3 ans après, le cabinet fusionnait avec le cabinet américain Mayer Brown.

-Vous êtes restée près de vingt ans chez Mayer Brown : comment a évolué votre poste ?

Mes missions ont évolué au fur et à mesure du développement du cabinet, aussi bien en termes de volume d’affaires que de taille. Au départ, j’occupais seule ce poste, assurant différentes fonctions : comptable, assistante, services généraux, etc. J’ai pu ensuite recruter les équipes nécessaires à la structuration des fonctions supports, en relation directe avec le managing partner à Paris et le global COO basé à Chicago. J’ai grandi avec le poste, mettant en place à Paris les process apportés par la structure américaine. Mes principales missions étaient le suivi RH et le management des équipes administratives (ressources humaines, finance, informatique, marketing) ; j’assurais également la gestion financière du cabinet ainsi que le suivi des performances des différentes équipes. En 2015, j’ai été nommée Director of Administration du bureau de Bruxelles pour lequel j’ai repris l’ensemble des fonctions que j’assumais déjà à Paris.

-Qu’est-ce qui a motivé votre arrivée chez Skadden Arps en mars 2019 ?

Après plus de 20 ans chez Mayer Brown, j’avais besoin d’un nouveau challenge – j’ai rencontré Stéphane Actis du groupe GR qui m’a présenté le poste chez Skadden Arps.
De mon côté, je souhaitais rester dans un cabinet international ; la rencontre avec Armand Grumberg, managing partner de Skadden Arps Paris, a été déterminante. La véritable culture de l’excellence, le multi-culturalisme et la méritocratie étant l’ADN du cabinet, j’ai été totalement séduite par cet environnement de travail et j'ai tout de suite compris que j’aurai toute la latitude nécessaire à mon épanouissement.

-Quelles sont vos missions chez Skadden Arps ?

Mon poste, qui m’offre une large autonomie, est en majorité orienté vers la gestion RH du cabinet, l'administration du bureau parisien et la supervision de tous les services support. Je travaille en relation constante avec les autres bureaux de Skadden à l’étranger et rapporte directement au managing partner du bureau de Paris et au global DRH basé à New York.

-Selon vous, quelles sont les principales difficultés liées au poste ?

Avec des missions aussi polyvalentes (budget, finance, RH, administration, etc.), je dirais que l’un des enjeux du poste est de se tenir constamment informé des différentes évolutions législatives notamment. Il est donc primordial de se former en permanence et de rester très attentive à toutes les évolutions techniques qui impactent notre façon d’apporter le meilleur service possible aux clients, tout en assurant une gestion fluide du cabinet. La crise sanitaire et le confinement sont d’ailleurs une bonne illustration de la nécessité permanente de s’adapter, voire de se réinventer. Je me forme régulièrement sur différents sujets en suivant des formations. J’ai, par exemple, eu la chance de suivre, en 2010, une formation à Harvard "leading professional service firms". Cette formation a été très structurante en ce qui concerne ma façon de travailler, de manager et dans la constitution d’un réseau professionnel : les échanges sur les pratiques sont essentiels dans nos métiers.

-Que conseilleriez-vous à un candidat qui souhaite devenir secrétaire général en cabinet d’avocats ?

De cultiver sa curiosité ! Quelle que soit la culture du cabinet (française, anglo-saxonne) : avec la transversalité de nos missions, il faut aimer traiter de tous types de problématiques. En une seule journée, on peut traiter des sujets très variés. Ce poste appelant une grande polyvalence et réactivité, il faut donc être passionné, impliqué et aller dans le détail. C’est impératif – d’où l’importance d’être organisé et de créer ou de faire évoluer les process existants. Enfin, compte-tenu de notre rôle de coordinateur et de manager, il faut aimer l’humain, savoir écouter et s’adapter à nos interlocuteurs afin de trouver des solutions satisfaisantes et pérennes.

-Avec le confinement, le rôle de secrétaire général a été mis en avant comme clé de voûte de l’organisation des cabinets. Comment s’est déroulé le confinement chez Skadden Arps ?

Nous disposions déjà de tous les outils techniques pour assurer la continuité des services et être toujours présents pour nos clients. La mise en place du télétravail a été en somme une formalité. J’ai assuré, comme en temps normal, le suivi des relations entre les équipes, et me suis préoccupée du bien-être de chacun. Nous avons notamment mis en place des séances avec un coach en bien-être, qui proposait des conférences hebdomadaires sur des thématiques variées. La gestion de l’humain demeure un élément clé du poste de secrétaire général ! C’est ce qui me stimule le plus au quotidien.